itenfr +39.388.7903003 roots.italian@gmail.com

Login

Sign Up

After creating an account, you'll be able to track your payment status, track the confirmation and you can also rate the tour after you finished the tour.
Username*
Password*
Confirm Password*
First Name*
Last Name*
Email*
Phone*
Country*
* Creating an account means you're okay with our Terms of Service and Privacy Statement.

Already a member?

Login
itenfr +39.388.7903003 roots.italian@gmail.com

Login

Sign Up

After creating an account, you'll be able to track your payment status, track the confirmation and you can also rate the tour after you finished the tour.
Username*
Password*
Confirm Password*
First Name*
Last Name*
Email*
Phone*
Country*
* Creating an account means you're okay with our Terms of Service and Privacy Statement.

Already a member?

Login

Dès que l’image de Anita Ekberg (Sylvia) apparaît devant nos yeux dans la Fontaine de Trevi, nous ne pouvons pas ne pas entendre inconsciemment l’actrice suédoise crier: « Marcello, come here. Hurry up! »

60 ans se sont écoulés depuis la sortie dans les salles de La Dolce Vita, mais le charme de ce film en noir et blanc est toujours en vie. Le réalisateur est Federico Fellini, qui a obtenu la Palme d’or au Festival de Cannes et l’Oscar des meilleurs costumes.

Entre la fin des années 50 et le début des années 60 dans les studios de Cinecittà se tournent à la fois des films italiens et américains. Ce sont les années de la croissance économique de l’après-guerre. Rome est une ville vivante et les gens ont de nouveau envie de vivre sans souci, en se concédant aux plaisirs mondains. Le cœur de la « Dolce vita » est Via Veneto, vu la présence des hôtels de luxe et des locaux ouverts jusqu’à l’aube.

Fellini peint avec une précision absolue le cadre socio-économique de ces années, la corruption que les anime et les perspectives futures de l’humanité. Les scènes suintent des sentiments d’ironie, d’amertume, de dégoût et d’ennui, où tous les protagonistes sont à la recherche de quelque chose de vrai pour échapper à cette fausse réalité. Ces protagonistes (Emma, Maddalena, Sylvia, Steiner, le père de Marcello et Paolina) sont des métaphores d’un message dans le même film.

Structurellement La Dolce Vita est composée d’une série d’épisodes, chacun avec son propre environnement, protagonistes et une intrigue, mais commun à tous ces épisodes est la présence de Marcello Rubini. Il est un très connu chroniquer dans un journal à sensations, venu de Cesena à Rome, joué par Marcello Mastroianni. Le producteur Dino De Laurentis lui aurait préféré Paul Newman ou Philip Gerard pour chercher d’attirer le marché international, mais Fellini voulait un acteur italien.

Marcello vit sa vie comme dans un rêve, qui le laisse toujours mécontent et toutes les situations dans lesquelles il se trouve le rendent de plus en plus insatisfait et incapable de réagir. Dans ce contexte, où l’important est d’apparaître et ne pas être vrai, les icônes incontestés sont les photographes à scandale, puis appelées paparazzi par le surnom de l’un de personnages de ce film, le collaborateur de Marcello, Paparazzo, qui armé de son appareil photo est toujours prêt.

La Dolce Vita s’este immédiatement distingué pour être un film différent des autres, une histoire sans commencement ni fin, et la ville de Rome est le cadre parfait. Autour du personnage de Marcello, différents groupes et actions se déplacent, ils auraient pu changer les épisodes mais le résultat serait toujours le même.

Nous trouvons La Dolce Vita dans tous les classements des films italiens les plus vus de tous le temps, avec Le Dernier Tango à Paris de Bernardo Bertolucci, Pour une poignée de dollars et Pour quelques dollars en plus de Sergio Leone, Rome, ville ouverte de Roberto Rossellini, La vie est belle de Roberto Benigni et Le Voleur de bicyclette de Vittorio de Sica.

Leave a Reply

Text Widget

Nulla vitae elit libero, a pharetra augue. Nulla vitae elit libero, a pharetra augue. Nulla vitae elit libero, a pharetra augue. Donec sed odio dui. Etiam porta sem malesuada.

Commentaires récents